Site Meter Ouvrir fichier .MHT

Toutes les publications (399)

  • MEUTE DE LOUPS (exemple d.entraide)

     

     

    Dans une meute de loups en marche

    ls trois premiers sont les plus vieux et les plus malades.

    Ils donnent la vitesse et le rythme de marche au reste de la meute.

    Ils doivent être en avant car s'ils éraient en arrière,

    ils pourraient se perdre ou se faire tuer.

    Ensuite il y a les 5 plus forts.

    Les loups les plus combattants et solides de la meute.

    Il y a ensuite le reste de la meute de loups et pour finir,

    il y a les 5 plus forts.

    En dernier lieu, il y a le loup Alpha, chef de la meute.

    De cette posotion, il peut tout voir,

    il peut décider la direction à prendre et voir ce…

    Lire la suite...
  • Lire la suite...
    • Commentaires : 0
    • Balises :
  • Lettre à Émilie Gamelin...

    Souvenir d'une ancienne membre de la communuté virtuelle maintenant décédée. Quelle repose en paix et prie pour nous...

    Merci Céline Berthiaume

     

    Lettre à Émilie - 1

    • Par Céline B. 

    Bonsoir Émilie,

    Voilà, comme on ne se voit plus, je t'écris. Tu me manques beaucoup tu sais, et j'espère que tu continues à surveiller ma place. J'ai besoin de toi, mais avant je dois t'informer que ma journée aujourd'hui a été meilleure qu'hier. Tu y es certainement pour quelque chose? L'âme a retrouvée son calme. Enfin! Et tant de gens qui me couvent de leurs bons souhaits de guérison. Tu n'as pas idée Émilie comme je me sens choyée. Il va bien falloir que tu m'aides à guérir, parce qu'il faudra bien aller les remercier. Tu sais que la maison me manque, ainsi que tous ces gens que j'aime. Je souhaite rentrer Émilie. Revenir en santé cependant. Rendre service aux autres, cela te connaît hein, et bien c'est pour cela que je veux…

    Lire la suite...
    • Commentaires : 0
    • Balises :
  • Emilie Gamelin et la Providence

    Émilie Tavernier naît le 19 février 1800 à Montréal, la dernière de 15 enfants dont 9 étaient déjà décédés à sa naissance. La famille Tavernier était installée sur une terre appelée ‘Fief Providence’, située au nord de la ville de Montréal. Un détail ordinaire peut-être, ce nom de Providence, mais qui aura son importance dans la vie d’Émilie, car le peuple donnera plus tard à son œuvre le nom de ‘providence’ , en se disant les uns les autres : ‘C’est une vraie providence’ ou ‘allons à la providence’ !
    Toute jeune, Émilie admire sa mère qui, malgré leurs modestes moyens, ne laisse jamais aucun mendiant, qui frappe à leur porte, repartir les mains vides. Émilie Gamelin a été cette femme appelée à vivre sous l'enseigne Providence. Sa vie entière nous parle de la sollicitude fidèle de Dieu.

    A chaque moment de sa vie, elle est en relation avec Dieu qui se communique à elle par les événements et les personnes. Elle est consciente de ses failles et de ses échecs, mais convaincue…

    Lire la suite...
  • PÂQUES - L'ÉRABLIÈRE

     

    Fin mars dans une érablière.  La nature semble morte.  En apparence, c'est fini, foutu.  Pourtant nous savons que la sève monte invisiblement, elle a commencé  à couler.  Les érables se réveillent, une vie mystérieuse surgit et le meilleur est à venir.  La sève sera versée dans une bouilloiree, qui la transformera et fera sortir le meilleur d'elle-même.  Elle deviendra ce qu'elle n'aurait jamais pu imaginer:  un sirop, de la tire, du sucre d'érable, et elle réjouira des multitudes.

    L'érablière est une belle image pascale  La cabane à sucre me fait penser à  la Résurrection.  Quand tout semble mort, fini, foutu, la sève du Christ monte dans nos vies.  Invisible, mystérieuse, généreuse.  Le Christ est passé par la bouilloire de la mort, qui l'a transformé pour réjouir les multitudes.

    Quand la mort semble gagner, quand tout semble désespéré dans nos vies, quand nous avons l'impression d'être dans la bouilloire, rappelons-nous…

    Lire la suite...
  • AVANT QUE LE SOLEIL DANSE

    ,

    Au petit matin de Pâques, avant les premières lumières du jour, plusieurs personnes se rassemblent en famille, en petits groupes d'amis pour aller chercherl'eau de Pâques.  Selon la croyance populaire, pour que l'eau de Pâques ait des propriétés curatives, médicales et de protection, certaines règles doivent impérativement être observées.

    L'eau doit provenir d'une source, d'un ruisseau ou d'une rivière, et couler à l.année. En aucun cas, elle ne peut provenir d'une source stagnante comme un puits, une mare ou un étang.  L'eau doit être recueillie à contre-courant, ce qui veut dire dans le sens inverse qu'elle coule, sinon gare à vous, cette eau ne se conservera pas.  Enfin, l'eau doit être récoltée le dimanche de Pâques avant que le soleil danse dans le ciel pour souligner la résurrection du Christ. 

    (Pascal Huot dans la Revue N.-D. du Cap)

    Lire la suite...
  • zoom sur Jean-Claude

    Jean-Claude n’a pas eu une  enfance facile..
    Dès son enfance, il commence le j chant et le théâtre. À l’adolescence, il se produit sur scène, et participe à des concours amateurs. Puis, lui vient la passion pour Elvis, transmise par sa grand-mère. Il participe à des concours dans les conventions dédiées au chanteur. Chaque fois, c’est avec fierté qu’il -'met sa chemise bleue, rappelant celle portée par Elvis. \ Entre temps, il joue dans le vidéoclip La part du diable,. » Sa première agression sexuelle, il l’a subie à dix ans, infligée par son voisin ! d’en face. « j'avais pas conscience de ce qui se passait, j'avais peur. ». Il est prêt à en parler ouvertement. « Ça a été très dur, j'ai vu des psychologues, ça m'a marqué. Donc, quand j'entends aujourd'hui des choses I comme ca, ca vient me chercher.:

    » A la, maison, il est victime de violence par le conjoint de sa mère. 
    En 2004, sa mère le met dehors, ‘j Jean-Claude rencontre alors la mère j de ses enfants : une…

    Lire la suite...
  • UN ITINÉRANT DEVENU PRÊTRE

    CLAUDE, itinérant devenu prêtre
    Au centre-ville, avec les sans-abri, les prostituées, les toxicomanes. Il les écoute, essaie de leur apporter un peu de réconfort. Il arpente le quartier, il en rencontre, il leur donne un coup de pouce en leur achetant des médicaments ou des vêtements ou en leur payant un repas. « Je n’essaie pas de les sortir de la rue, je les réconforte.»
    A l’hôpital où il travaille, il s’occupe des personnes seules et désespérées, il accompagne les mourants qui n’ont pas de famille.Jeune, il avait voulu être missionnaire mais lorsque son grand-père est mort, il avait 13 ans, il a calé sa première bière pour endormir sa peine. Puis ce fut une longue descente aux enfers, qui a pris fin à l’âge de 40 ans.
    Un jour, il a eu peur, il s’est dit qu’il ne voulait pas mourir dans la rue. Il est retourné aux études, il a été ordonné prêtre, pas pour être en paroisse, mais pour travailler avec les pauvres. Claude a des projets plein la tête. Il veut créer une…

    Lire la suite...
  • LE CHEMIN DE PIERRE

    Pierre a grandi dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, Montréal, dans une famille de cinq enfants, il parle avec un grand sourire de ces années dans le quartier.
    Pourtant, la vingtaine marque une période difficile pour lui qui doit être hospitalisé pour des problèmes de santé mentale.
    Suite à cette période, Pierre décide de retourner aux études, à l'UQAM, où il étudie la littérature française, un grand intérêt pour lui depuis toujours.
    Au début de la quarantaine, il arrive à l'Itinéraire, à l'accueil d'abord, puis comme camelot. Pendant 15 ans, il a son point de vente sur le Plateau Mont-Royal: « Une bonne façon de rencontrer du monde.» Il parle des liens précieux qu'il a développés avec ses clients, il a même eu de l'aide pour meubler son appartement.
    Il veut maintenant voyager, voir le monde : le Québec, NewYork et traverser l'océan pour découvrir l'Europe, Paris. Il aimerait voir de ses propres yeux les quartiers de la Ville Lumière décrits dans les romans…

    Lire la suite...
  • LA PROVIDENCE

    La Providence, mot parfois galvaudé, quelle résonnance a-t-il en moi? Est-ce le hasard, la fatalité ou une réalité dynamique? Ou encore mieux, la Providence pourrait-elle être une présence de Dieu attentive, aimante et agissante.
    Une présence aimante….

    La Providence, c’est l’histoire d’amour de Dieu pour l’humanité. Il nous a créés par amour, Il nous maintient bien vivants par amour et il désire ardemment notre salut.

    Comment ne pas manifester de la gratitude envers ce Dieu-Père bienveillant malgré les vicissitudes souvent incompréhensibles de notre vie terrestre.

    Une présence agissante…

    Puisque Dieu prend si bien soin de nous, ne devons –nous pas agir de même pour nos sœurs et frères humains.

    N’est-ce pas par nos mains, notre cœur, qu’il peut devenir présence agissante et source de joie et de réconfort pour notre entourage?
    Au temps de Madame Gamelin, ceux qui allaient frapper à sa porte, voyaient en elle une vraie Providence : ‘Allons à la…

    Lire la suite...
  • Avril mois de l'autisme

    Petite histoire du Mois de l'autisme
    Il faut remonter aux années 1970 pour trouver une trace du premier mois de l’autisme. Selon la Autism Society (Maryland), c’est à cette période qu’est née, aux États-Unis, la première édition du mois de sensibilisation. Le mois d’avril est resté depuis ce temps le mois de l’autisme aux États-Unis.

    Le 2 avril : Journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme. Depuis décembre 2007, le 2 avril a été déclaré Journée mondiale de la sensibilisation à l’autisme par l’Organisation des Nations Unies. Chaque année, la Fédération québécoise de l’autisme profite de cette journée pour sensibiliser le grand public aux besoins des personnes autistes et de leurs familles.

    Journal L'Itinéraire, 18 mars 2019

     

     

    Lire la suite...
  • Journée des femmes 2019

     

    MOIS DE MARS… MOIS DE LA VIE

     En regardant et contemplant  notre calendrier communautaire 2019, au mois de mars, on se rend compte que nous sommes aux débuts de la Communauté, c’est la  première maison des Sœurs de la Providence,  l’Asile de la Providence. Le mois de mars 1843 étant considéré comme l’année de fondation de notre Communauté, cette page est inspirante car c'est  la VIE qui commence. 

    À cette période, ‘’en fait de communautés religieuses canadiennes, Québec en compte trois en 1800 et Montréal autant, toutes sont féminines et plus de la moitié sont cloîtrées.’ »

     Tel est le bilan d’une Église encore relativement proche de nous. Dans 50 ans, on pourra la dire charpentée et florissante, mais au moment ou naît la future Mère Gamelin, on peut se demander si le Canada catholique est destiné à vivre ou à s’éteindre à petit feu. HeureusementlLa Providence veille  …‘’PETITE ÉGLISE DEVIENDRA GRANDE’’(  La femme au cœur attentif,Eugène…

    Lire la suite...
  • LA VOCATION PROPHÉTIQUE D'ÉMILIE GAMELIN

    En cet anniversaire de naissance d’Émilie Gamelin (19 FÉVRIER)


    Dès la naissance d’Émilie, Dieu l’appelait déjà pour de grands projets dont les visées apostoliques tiennent d’un certain prophétisme. À la manière du prophète, Émilie deviendra, par ses paroles et ses gestes, l’instrument de Dieu, en se livrant, dès l’âge de 27 ans (1827), au soulagement des misères des pauvres de sa ville, alors qu’elle vient à peine d’enterrer son mari Jean-Baptiste Gamelin.

    Madame Gamelin se sent appelée à une mission de compassion auprès de ceux qui souffrent, consciente que ses propres épreuves l’ont préparée à assumer un rôle prophétique dans la société montréalaise. En 1830, elle ouvre un refuge pour dames âgées et infirmes, puis ce sont des orphelines qu’elle accueille, en même temps qu’elle s’intéresse aux prisonniers et aux désespérés, leur manifestant la tendresse de Dieu Providence.

    La vocation prophétique de Madame Gamelin ne s’arrête pas là : les œuvres sociales,…

    Lire la suite...
    • Commentaires : 0
    • Balises :
  • JOURNÉE DES MALADES

    J’AVANCE est le thème de la journée 2019.


    Le temps de la maladie ou l’accompagnement d’un proche nous donne parfois la sensation d’emprunter un sentier périlleux qui donne le vertige. C’est à ce moment qu’une présence aimante procure la confiance et la force d’avancer. Alors peut surgir l’espérance d’une percée lumineuse car Avec toi, j’espère, j’ai confiance et j’avance.

    La Journée mondiale des malades (JMM) nous invite à la solidarité avec les personnes qui, autour de nous, expérimentent la dure réalité de la maladie et de la souffrance. Sous l’inspiration de Jean-Paul II, cette journée rappelle la dignité de toute personne, malade ou âgée. Célébrée le 11 février de chaque année, l’Oratoire Saint-Joseph soulignera cette journée spéciale lors de la messe des malades du mercredi 13 février à 14 h.

    lA JOURNÉE DES MALADES APPELLE À LA COMPASSION. Qui ne connait des personnes qui visitent des malades, à l'Hôpital ou…

    Lire la suite...
  • POUR MIEUX CONNAÎTRE ÉMILIE GAMELIN

    FÉVRIER .....MOIS DE NAISSANCE D'ÉMILIE GAMELIN

    Née avec le 19e siècle, le 19 février 1800, elle était la dernière d’une famille de 15 enfants, dont 9 étaient déjà décédés à la naissance d’Émilie. La famille Tavernier était installée sur une terre appelée ‘Fief Providence’, située au nord de l’actuel parc Jeanne-Mance, à Montréal; un détail ordinaire peut-être, ce nom de Providence, mais qui aura son importance dans la vie d’Émilie car le peuple donnera plus tard à son œuvre le nom de ‘providence’ , en se disant les uns les autres : ‘C’est une vraie providence ou allons à la providence’ !

    Émilie Tavernier avait hérité de sa mère, surtout, un cœur de compassion et une grande générosité envers les démunis. Orpheline de mère à 4 ans, de père à 14 ans, elle est recueillie par une tante; elle ira aider son frère devenu veuf et sa cousine de Québec lors d’une grossesse difficile. A son retour à Montréal, elle fera la connaissance de Jean-Baptiste Gamelin, de…

    Lire la suite...
  • Voeu privé d'Émilie Gamelin

    Émilie Gamelin est veuve depuis 1827 alors qu’elle vient de perdre son dernier enfant, les deux autres et son époux étant disparus dans les 3 ans qui avaient précédé. Durant 15 ans, elle poursuit son action charitable auprès des pauvres, des orphelins, des femmes âgées, des prisonniers.


    En ce 2 février 1842, alors qu’elle ignore tout de ce que deviendra son œuvre bienfaisante, elle prononce un vœu privé de servir les pauvres le reste de sa vie. « Je veux me donner à Dieu, qu’il fasse ce qu’il voudra de moi. Je m’y soumets avec résignation. »

    Voilà Madame Gamelin, Émilie, en profondeur, à ce moment critique de sa vie. Ce sont les circonstances qui la conduiront, dans les années qui viendront, à fonder la Communauté des Sœurs de la Providence, avec Mgr Bourget, évêque de Montréal, admirateur de l’œuvre, à ses yeux grandiose, et qu’il veut poursuivre selon l’esprit de Saint-Vincent-de-Paul.


    Femme de compassion, constante dans l’action, toujours debout,…

    Lire la suite...
  • Le Père Pops, dans la rue

    Il y a 30 ans, le Père Emmett Pops demandait aux jeunes de la rue comment il pouvait les aider .  Ils ont parlé de sécurité, de respect, d'acceptation, d'encouragement.

    De là est née l'oeuvre DANS LA RUE  et la ROULOTTE qui sillonne toujours les rues de Montréal pour offrir chaleur, nourriture et, ce qui est plus important, un accueil incondionnel et une écoute attentive qui permet chaque soir à des jeunes à peine sortis de l'enfance de passer la nuit dans un milieu sécuritaire. 

    De jour, le Centre  propose aux jeunes des programmes constructifs pour se sortir définitivement de la rue. Des appartements leur donnent une stabilité résidentielle pour mener à bien leurs projets d'avenir.

    C'est grâce à tous ceux qui aident que le travail est possible, grâce à ceux qui partagent leur compassion envers ceux qui n'ont pas eu la même chance que nous dans la vie.

    Les dons de toutes sortes sont un encouragement, une petite tape dans le dos.  La générosité dit à tous:…

    Lire la suite...
    • Commentaires : 0
    • Balises :
  • Le chemin de Pierre

     

    Pierre a grandi dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve, Montréal,dans une famille de cinq enfants, il parle avec un grand sourire de ces années dans le quartier.


    Pourtant, la vingtaine marque une période difficile pour lui qui doit être hospitalisé pour des problèmes de santé mentale.
    Suite à cette période, Pierre décide de retourner aux études, à l'UQAM, où il étudie la littérature française, un grand intérêt pour lui depuis toujours.
    Au début de la quarantaine, il arrive à l'Itinéraire, à l'accueil d'abord, puis comme camelot. Pendant 15 ans, il a son point de vente sur le Plateau Mont-Royal: « Une bonne façon de rencontrer du monde.» Il parle des liens précieux qu'il a développés avec ses clients, il a même eu de l'aide pour meubler son appartement.


    Il veut maintenant voyager, voir le monde : le Québec, NewYork et traverser l'océan pour découvrir l'Europe, Paris. Il aimerait voir de ses propres yeux les quartiers de la Ville Lumière décrits…

    Lire la suite...
  • LES AUTOMNES D'ÉMILIE

    Émilie entretient une correspondance avec sa cousine Agathe à qui elle confie dans une lettre datée du 18 juin 1822 qu'elle a « beaucoup de vocation [...] pour le couvent ». Elle ajoute dans cette même lettre : « les faros j'y renonce à jamais et au monde aussi. Je me fais religieuse vers l'automne ». Et pourtant, à la surprise générale, malgré la différence d'âge, Émilie Tavernier s'unit par le mariage avec Jean-Baptiste Gamelin, le 4 juin 1823.
    Ces années d'heureuse union se terminent par la mort de Monsieur Gamelin le 1er octobre 1827.

    L'Assemblée législative de la province du Canada reconnaît le 18 septembre 1841 l'existence légale du refuge de Mme Gamelin sous le nom d'Asile de Montréal pour les femmes âgées et infirmes. Peu après son retour de France, Mgr Bourget exprime le 16 octobre son intention de confier l'œuvre de Mme Gamelin aux Filles de la Charité de Saint-Vincent-de-Paul ; le même jour,…

    Lire la suite...
  • HISTOIRE DU VIEUX SIMON

     

    Un curé avait remarqué que,  chaque midi, un homme venait à l'église et repartait presque aussitôt.  Cela l'inquiétait un peu.  Il demanda à son sacristain de le questionner.  " Que venez-vous faire dans l'église chaque jour? -  Je viens prier, répond calmement le vieillard - Allons donc!  Vous ne restez pas assez longtemps pour cela, vous ne faites qu'aller jusqu'à l'autel et vous repartez aussitôt.  - C'est exact.  Moi, je ne sais pas faire de longues prières.  Poutant, je viens chaque jour à midi voir mon ami, je m'approche du tabernacle et je lui dit:  "Jésus!...C'est Simon!  C'est ma façon de prier.  C'est une petite prière, mais je sens qu'il m'entend, et cela doit le réjouir."

    Peu de temps après, le vieux Simon est frappé durement par un camion et conduit à l'h¸opital.  L'infirmière qui le soigne est étonnée de sa bonne humeur et lui demande: " Malade comme vous l`êtes comment pouvez-vous montrer un visage toujours souriant? " -  C'est à cause

    (Auteur…

    Lire la suite...
RSS
M'envoyer un mail lorsqu'il y a de nouveaux éléments –