Site Meter Ouvrir fichier .MHT

compassion (81)

  • JOURNÉE DES MALADES

    J’AVANCE est le thème de la journée 2019.


    Le temps de la maladie ou l’accompagnement d’un proche nous donne parfois la sensation d’emprunter un sentier périlleux qui donne le vertige. C’est à ce moment qu’une présence aimante procure la confiance et la force d’avancer. Alors peut surgir l’espérance d’une percée lumineuse car Avec toi, j’espère, j’ai confiance et j’avance.

    La Journée mondiale des malades (JMM) nous invite à la solidarité avec les personnes qui, autour de nous, expérimentent la dure réalité de la maladie et de la souffrance. Sous l’inspiration de Jean-Paul II, cette journée rappelle la dignité de toute personne, malade ou âgée. Célébrée le 11 février de chaque année, l’Oratoire Saint-Joseph soulignera cette journée spéciale lors de la messe des malades du mercredi 13 février à 14 h.

    lA JOURNÉE DES MALADES APPELLE À LA COMPASSION. Qui ne connait des personnes qui visitent des malades, à l'Hôpital ou…

    Lire la suite...
  • Voeu privé d'Émilie Gamelin

    Émilie Gamelin est veuve depuis 1827 alors qu’elle vient de perdre son dernier enfant, les deux autres et son époux étant disparus dans les 3 ans qui avaient précédé. Durant 15 ans, elle poursuit son action charitable auprès des pauvres, des orphelins, des femmes âgées, des prisonniers.


    En ce 2 février 1842, alors qu’elle ignore tout de ce que deviendra son œuvre bienfaisante, elle prononce un vœu privé de servir les pauvres le reste de sa vie. « Je veux me donner à Dieu, qu’il fasse ce qu’il voudra de moi. Je m’y soumets avec résignation. »

    Voilà Madame Gamelin, Émilie, en profondeur, à ce moment critique de sa vie. Ce sont les circonstances qui la conduiront, dans les années qui viendront, à fonder la Communauté des Sœurs de la Providence, avec Mgr Bourget, évêque de Montréal, admirateur de l’œuvre, à ses yeux grandiose, et qu’il veut poursuivre selon l’esprit de Saint-Vincent-de-Paul.


    Femme de compassion, constante dans l’action, toujours debout,…

    Lire la suite...
  • La compassion selon Émilie Gamelin

     

    Selon Wikita, "La compassion (du latin: « je souffre avec » et du grec: sympathie) est une vertu par laquelle un individu est porté à percevoir ou ressentir la souffrance d'autrui, et poussé à y remédier"...

    En psychologie," la compassion est une prédisposition à la perception et la reconnaissance de la douleur d'autrui, entraînant une réaction de solidarité active, ou seulement émotionnelle. Il s'agit donc d'une variante d'empathie axée sur la douleur."
    Attention:" si une personne se noie, cela n'arrange pas les choses de se noyer avec elle.. De plus, pleurer sur le sort de quelqu'un ne l'aide généralement pas."

    Dans le bouddhisme: La compassion est définie comme l'aspiration d'éteindre toutes les souffrances ainsi que les causes de souffrance que peuvent connaître les êtres sensibles dans le monde entier. La compassion est une valeur fondamentale du bouddhisme. Elle compte ainsi parmi les facultés spirituelles d'amour appelées les quatre…

    Lire la suite...
  • Le pardon

    Le pardon en psychologie a une force et une puissance très souvent sous estimées. Pourtant le pardon peut opérer des miracles dans toutes les sphères de votre vie. Après avoir expérimenté le pardon en psychologie et après en avoir décrypté tous les usages et rouages, c’est vraiment l’outil de psychologie dont je ne peux plus me passer dans la vie.

    Le pardon peut s’appliquer dans toutes vos relations et surtout sur vous même. Le pardon en psychologie est l’outil indispensable à maîtriser pour tous ceux qui cherchent à agir sur le subconscient.

    Il faut toujours se rappeler que la personne est plus grande que sa faute.

    Notes cueillies sur le Web

    Lire la suite...
  • UN GARS PRIVILÉGIÉ

    On m’appelle Monsieur Sutton ou Monsieur Granby, du nom des deux villes où je vends la Revue L’Itinéraire. À la suite d’une mésaventure, puis d’une belle expérience, on m’a invité à l’émission La Victoire de l’Amour pour en parler.

    À Sutton, tandis que j’avais le dos tourné, on m’a volé mon sac à dos qui contenait mon appareil photo, 25 copies de l’Itinéraire et plein d’articles plastifiés qui parlent de moi et de mon rétablissement, moi qui es un ex-junkie et ex sans-abri. Mon sac contenait aussi la médaille que j’avais reçue à l’Assemblée Nationale, de la part du député de Granby, Monsieur François Bonnardel. Quand il a su que j’avais perdu ma médaille, il m’en a fait faire une autre et me l’a envoyée. Je vais la garder à l’abri chez moi.


    Quand je viens à Montréal, je loge chez le Père Loïc de la Maison du Père. J’ai fait une retraite spirituelle avec lui, au Foyer de Charité. On a commencé une belle amitié. Puis un jour, le Père Loïc a été transféré à la Maison…

    Lire la suite...
  • Action de grâces

    Une autre Québécoise a été béatifiée le dimanche 7 octobre 2001, à Rome. Mère Émilie Gamelin, fondatrice des Soeurs de la Providence, a été élevée au rang de Bienheureuse par le pape Jean Paul II.

    Émilie Tavernier-Gamelin, qui a vécu de 1800 à 1851, a oeuvré auprès des démunis de toutes sortes. En plus d'avoir ouvert des refuges pour les accueillir, elle visitait les malades à domicile; aux prisonniers qu’elle visitait à la prison Au-Pied-du-Courant elle apportait aide, réconfort et prières.

    Le Vatican a aussi reconnu la guérison miraculeuse du jeune Yannick Fréchette par Émilie Gamelin. Ce jour de l’Action de Grâce du 8 octobre 2018, nous invite à rendre grâce au Seigneur et à célébrer cette grande dame qu’était Émilie Gamelin, connue aussi comme Émilie Tavernier-Gamelin.
                                                         « Gloire au Seigneur qui fait merveilles »

    Notes cueillies sur le Web

     

    Lire la suite...
  • La fête d'Émilie Gamelin

    Aujourd'hui la liturgie célèbre la fête d'Émilie, les textes chantent son oeuvre, non seulement son action, ses oeuvres mais surtout son amour des pauvres, en recevant des femmes âgées pauvres dans sa maison, en visitant les malades et prisonniers.

    Émilie donne-nous ta ferveur, ton dévouement, ta générosité, ta confiance en un Dieu Providence. Tu es toujours un modèle pour notre temps!

    (Prions en Église, p. 136)

    Il y a une relève chez les Soeurs de la Providence – de jeunes femmes s’y joignent encore – et même si la communauté des Soeurs de la Providence est appelée à disparaître un jour, les bienfaits de l’héritage d’Émilie Gamelin resteront. (Film Les Discrètes de Hélène Choquette)

    Lire la suite...
  • UN HOMMAGE À ÉMILIE, NOTRE AMIE

    Une femme est passée
    Nous laissant un message
    Fait de joie et d’amitié
    L’amour est son langage.

    Une femme s’est donnée
    Toute sa vie entière
    Sur les pauvres s’est penchée
    Soulageant leurs misères.

    Une femme a partagé
    Toutes les joies, toutes les peines
    Au ciel, elle doit briller
    Comme une étoile sur la plaine.

    Une femme a chanté
    Sa foi, son espérance
    Elle a surtout compté
    Sur la Providence.

    ÉMILIE, vous êtes comblée
    De bonheur à l’infini
    Nous allons vous prier
    Vous, notre sœur, notre amie

    Lire la suite...
  • Une providence pour aujourd'hui

    Une Providence pour aujourd’hui

    Qu’est-ce qui peut motiver une femme bien ancrée dans son siècle à donner sa vie au service de personnes qui ont besoin d’elle? Qui peut ainsi l’attirer?


    De toute évidence, il faut un grand amour des autres, de la vie des autres. Il faut quelqu’un qui incarne l’Amour du Dieu de la vie, comme Jésus, il y a 2000 ans.


    Et puis, dans son sillon, on découvre d’autres témoins. Un de ceux-là est bien incarné dans le présent comme dans le passé. C’est celui d’une femme exceptionnelle. D’une femme qui, depuis plus longtemps, a su transmettre sa flamme à quantité de personnes. De haute stature, de grande conviction, une femme qui a pour nom...  Émilie Tavernier Gamelin.

    Auteur : Jean-Guy Dubuc, année 2000

     

    Lire la suite...
  • Le 5 août 1846, Mère Gamelin se rend au secours des incendiés de Laprairie et accueille,

    le même jour, à l'Asile, 14 vieillards de Laprairie.

    Thérèse Drainville, s.p.

     

    (Noté au calendrier 'Au fil des jours')

     

     

     

    Lire la suite...
  • La vie d’Émillie…une transformation perpétuelle

    Bien que le mot ne se retrouve guère dans le langage de son époque, Emilie Tavernier-Gamelin, cette première bienheureuse montréalaise, s'est laissée transformer par les événements, tout au long des diverses étapes de sa vie.

     

    Orpheline de mère à l'âge de quatre ans, Émilie se voit transplantée chez une tante paternelle; elle doit s'adapter à un autre milieu de vie, à d'autres habitudes. Les deuils successifs déciment sa famille, mais l'amour du pauvre inculqué par sa mère reste bien ancré dans son cœur. Jeune fille, elle rêve de fonder un foyer bien à elle...

     

    Le 4 juin 1823, Émilie Tavernier unira sa destinée à Jean-Baptiste Gamelin, reconnu pour son action charitable : « ils seront deux maintenant pour exercer la charité ».Trois enfants naissent…

    Lire la suite...
  • ÉMILIE, TA LUMIÈRE BRILLERA

    Pour souligner le 175 anniversaire de fondation de la Communauté des Soeurs de la Providence, voici un joli poème qui nous parle aussi de la fondatrice, Émilie Gamelin:


    Marie compatissante, en te tendant la main, t’offre désormais son auguste oriflamme ! Avec vénération, ton « cœur » le portera ! Femme forte et sans crainte, tu défies la fatigue et la longueur des jours ! Sans esquiver les sentiers mal battus, tu cours porter secours au faible, apaiser du mourant les angoisses et les peurs, consoler l’orphelin au plus fort de ses pleurs !

    Bienheureuse Émilie, tout comme aux premiers jours, ton charisme est vivant ! Tes filles, sous ton égide, poursuivent ta mission sur les places où sévissent la détresse et la faim ! À tes fières émules, tu passes le flambeau de ta sage vaillance pour que luise toujours, dans l’œil inquiet du pauvre, l’espoir d’un jour plus serein, d’un lendemain plus beau !

    Puisse ton feu briller aux dimensions d’un monde en quête…

    Lire la suite...
  • La compassion

     La compassion ne peut réellement prendre racine en vous que lorsque vous avez fait une grande démarche,

    un grand nettoyage en vous-même, et la grande démarche c’est de travailler jour après jour, heure après heure,

    minute après minute, seconde après seconde pour vous aimer. Vous ne pouvez avoir une réelle compassion

    pour les autres si vous ne vous aimez pas vous-même et si vous n’avez pas de compassion pour tous vos

    égarements, pour toutes vos erreurs.

    Nous avons tellement de compassion pour vous !

    La compassion c’est accepter totalement les autres tels qu’ils sont, la compassion c’est les aider sans qu’ils

    le sachent, la compassion c’est demander au Père d’aider les êtres en…

    Lire la suite...
  • EXPÉRIENCE SPIRITUELLE DANS LA RUE

    Le vendredi 3 novembre dernier, nous, les novices de l'année canonique, Daveline, Nathalie et Valencia avons réalisé une expérience spirituelle, chacune dans un endroit différent. J'ai choisi la rue Sainte-Catherine près de la Chapelle Notre-Dame de Lourdes.

    En arrivant, j'ai donné la main à la statue de Mère Gamelin à la sortie du Métro Berri-UQAM. Un monsieur tenait une pancarte sur laquelle était écrit : ''Ne tuons pas la beauté du monde''. J'ai noté cette pensée dans mon carnet. Je me suis rendue à la Chapelle Notre-Dame de Lourdes. J'ai observé que la pierre angulaire de cet édifice datait du 13 juillet 1873 et que la première messe avait été célébrée le 30 avril 1881, au moment où Mgr Bruchési était l'Archevêque de Montréal.


    Durant mon parcours, j'ai côtoyé plusieurs personnes, le premier était un itinérant: nous avons parlé quelques minutes, il m'a dit que ‘’ça fait un bon temps qu'il quête pour manger, autrefois il dormait dans la rue et même devant la…

    Lire la suite...
  • Réflexions sur l'écoute

    INSPIRÉES D’UNE CHRONIQUE DE STÉPHANE LAPORTE

    On ne valorise pas les gens qui savent_écouter, et pourtant, c’est la plus HUMAINE des qualités.


    IL Y A PLEIN DE COURS POUR APPRENDRE A S’EXPRIMER, AUCUN POUR APPRENDRE à ECOUTER. PAS ÈTONNANT QUE SI PEU DE GENS ÈCOUTENT.


    Savoir écouter,. Ce n’est pas tout ramener à soi. Quelqu’un parle de sa maladie, et ça nous touche parce qu’on pense à nous, si on était malade.On n’est pas bouleversé par ce que l’autre vit. On est bouleversé par ce qu’on pourrait vivre. On se sert trop souvent des autres comme miroir, ils ne font que réfléchir nos drames, nos blessures, notre fond. Quelqu’un parle de son enfance, et on pense à la nôtre. C’est normal. Mais faut aller au-delà de soi.
    Écouter, c’est comprendre. Comprendre, c’est prendre avec son cœur. Quand on écoute, il faut arrêter de penser à soi. Il faut penser à l’autre. Écouter c’est faire le portrait de la personne en face. Écouter c’est recevoir ce que l’autre a…

    Lire la suite...
  • Que de sagesse... sur le bonheur

    Texte de Boucar Diouf


    Quand un bébé venait au monde dans mon village, grand-maman lui souhaitait toujours de la santé et de la compassion pour ses semblables. Un jour, je lui ai demandé pourquoi elle n’ajoutait pas la prospérité et le bonheur dans ses souhaits. Grand-maman m’a répondu : « Les gens qui veulent atteindre le bonheur par les possessions essaient d’éteindre un feu avec de la paille.

    En vérité, il y a trois catégories de personnes heureuses de cette façon. Il y a ceux qui ont tout pour être heureux, mais ne le sont pas souvent. Ceux qui cherchent le bonheur et ne le trouvent pas tout le temps. Enfin, il y a ceux qui disent avoir trouvé le bonheur, mais ne le conservent pas longtemps.

    Le bonheur, c’est…

    Lire la suite...
  • LA RICHESSE

    La richesse du cœur : un sourire, une poignée de main, un geste amical, une parole joviale.

    Qui perd le sens de ces richesses vives, cherche des choses stériles pour compenser.

    Avec de l’argent, tu peux ouvrir toutes les portes, sauf celle du cœur.


    Les riches se comportent comme si la richesse de la terre était leur propriété privée.


    Dans l’économie de l’amour, il te faut donner plus que ce que tu possèdes, il faut te donner toi-même.
    Notre monde glacé a besoin de chaleur. Qui ne soupire pas après une parole empreinte de compréhension, après un geste affectueux!

    Les gens attendent un visage jovial; ils ont soif de tendresse.
    Sème de la bonté. Ne laisse personne dans le froid. Sois un cadeau pour les personnes qui souffrent et qui, dans leur isolement, cherchent une présence compatissante, une main délicate, un cœur sympathique.

    Soleils de vie par Phil Bosmans

    Lire la suite...
  • RESPECTER LES SANS-ABRI

    Avons-nous déjà essayé de nous imaginer à la place du sans-abri que nous croisons dans la rue?
    Ce qu’il espère de nous c’est un peu de compréhension, de respect et de compassion.


    Disons-nous bien que le simple fait de lui faire un sourire, de lui laisser quelques sous, peut lui faire chaud au cœur et soulager un peu sa souffrance.


    Nous avons certes de la peine quand nous voyons des passants qui manquent de respect envers les sans-abri. Dans le fond, ce que nous voulons c’est que chacun d’entre nous réfléchisse bien à ceci : ‘’Ne fais pas à un sans-abri ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse’’.       (Source : Nancy Leblanc, L’Itinéraire, juillet 2017)


    Réflexion : Émilie Gamelin, dans sa jeunesse, au cours de sa vie conjugale, dans ses années de veuvage et d’implication sociale, quand elle eut fondé sa Communauté et qu’elle continue ses visites aux démunis, aux prisonniers, aux personnes âgées et malades, son cœur était ouvert à toute forme…

    Lire la suite...
  • MONTRÉAL DES ANNÉES ‘’1800’'

    Bien avant nous, une femme Mme Émilie Gamelin a jeté un long regard sur les souffrances de ses compatriotes et, telle une vigne qui étend ses sarments, elle a multiplié sa présence, son appui, son action, pour leur permettre de croître et de devenir pleinement, par leur vie, une hymne au Dieu qui fit l'univers : «Elle a considéré un champ et l'a acheté; du fruit de ses mains elle a planté une vigne».

    (Prov., 31, 16)

    Le Montréal de 1800, comme la vigne, étend lui aussi ses ramifications. Mais, du haut de l'imposant Mont-Royal, on ne peut soupçonner ce que la ville cache de souffrances multiples, de cœurs brisés et broyés. Une population indigente gémit en certains quartiers; des hommes, des femmes, des enfants même n'ont d'autres chances de survie que ce qu'on veut bien leur donner.


    Cette femme s'est engagée d'un pas alerte sur la route des sans-pain, des sans-logis, des sans-voix. Émilie Tavernier-Gamelin a entendu leur appel, elle a voulu vivre pour eux et…

    Lire la suite...
  • FACE À LA RUE

    Un jour, à un feu rouge, quelqu’un s’approche et me dit : ‘’Salut!’’. Je n’avais pas d’autre choix que de lui parler parce que j’étais en voiture, toit et fenêtres baissés. Je ne pouvais pas faire semblant de ne pas le voir. Je lui ai dit bonjour à mon tour. C’est juste après cet instant que j’ai ressenti un grand bien être. Cet homme ne m’avait rien demandé, il était de bonne humeur, lumineux, affichait un superbe sourire. Je l’ai revu à plusieurs reprises, j’ai engagé la conversation avec lui et on a vraiment connecté. Je me suis aperçu qu’il avait juste besoin de contact. Oui, il avait aussi besoin d’argent, mais un simple sourire et une attitude d’ouverture l’ont beaucoup plus enrichi qu’une simple pièce d’argent. C’est à partir de là que je me suis mis à consigner mes peurs et mes réflexions dans un cahier de notes.

    Plus tard, mes notes ont servi pour un documentaire, Face à la rue, qui avait pour thème l’itinérance, une succession de réflexions et de conversations, la…

    Lire la suite...