Site Meter Ouvrir fichier .MHT

compassion (85)

  • LES PATRIOTES AU FÉMININ

    Que savons-nous des femmes durant les soulèvements qu’a connus le Bas-Canada en 1837-39?  Les livres d’histoire sont pratiquement muets à leur sujet.  Quelques noms donnent à voir que, du courage et même de l’audace, elles n’en ont pas manqué.

    A Sainte-Martine, dans les bois de Lacolle, à Deux-Montagnes, Saint-Eustache, Chambly, Saint-Benoît, plus tard à Saint-Denis, Saint-Hyacinthe, les hommes combattent, voient leurs récoltes volées, leurs biens pillés, leurs maisons partir en fumée.  Ils se soulèvent contre l’armée anglaise.  Les femmes, à leur côté, sans armes mais non sans cœur, protestent contre les injustices du Colonial Office d’Angleterre; elles organisent le boycottage des produits venant d’outre-mer : à table le sirop d’érable remplace le sucre des Antilles et le cidre remplace le vin.  Les femmes patriotes fabriquent aussi des tissus et confectionnent, en grosse toile grise, les robes et les habits de toute la famille. 

    Boudant le velours et…

    Lire la suite...
  • IL A TROUVÉ LA VOIX DU COEUR...

    Depuis quelques années, il accompagne des jeunes en fin de vie. Une flamme ardente adoucit ses yeux d’un bleu profond lorsqu’il parle de son parcours des 15 dernières années.

    Sa vie en a été changée, transformée, lorsqu’on a demandé à Jean-Marie Lapointe d’accompagner de jeunes mourants. «Les moments où je me sens le plus heureux, utile, vivant et vrai, c’est quand je suis en compagnie de personnes qui vont mourir ou qui ont des limitations, un handicap, qui sont dans la rue.» Il sent avoir trouvé sa mission sur terre, trouvé la voix du cœur depuis qu’il a accepté sa fragilité.

    «Quand j’écoute les témoignages de personnes qui se savent atteintes d’une maladie terminale, souvent ils me disent que c’est la période la plus intense de leur vie, je pense que le grand défi de la vie, c’est de vivre comme si on se savait atteint d’une maladie mortelle et que notre temps était compté.»

    Pour Jean-Marie, accompagner les jeunes en fin de vie et…

    Lire la suite...
  • PRENDS UN MOMENT POUR TOI( Lucille Langlais)

    Avec un coeur ouvert et un esprit détendu, centre-toi sur ton Créateur; 
    permets à Dieu d'être le seul motif dans ton esprit en lisant la prière qui suit:
    Seigneur mon Dieu, "Merci pour ce jour nouveau, Merci pour me permettre
    d'admirer les beautés de ta création et d'en entendre les doux murmures.
    Merci pour tes bénédictions.

    Je te demande humblement pardon pour tout ce que je peux avoir fait,
    dit ou pensé qui était contraire à Ta volonté. S'il-te-plaît, protège-moi,
    ma famille et mes amis de tout danger. Soutiens-moi par ta sagesse pour
    que je puisse accepter, avec gratitude, tout ce qui m'arrivera. Donne-moi
    la force pour aider les faibles et pour donner du courage aux démunis que
    je rencontrerai sur ma route. Donne-moi la connaissance pour que je puisse
    guider ceux et celles qui cherchent leur chemin.

    Je te prie pour mes proches que j'aime afin qu'ils te connaissent plus intimement.
    Je te prie…

    Lire la suite...
  • HOMMAGE À ÉMILIE

    UNE GRANDE DAME ÉMILIE GAMELIN pour avoir donné de sa personne aux démunis, aux petits, à ses compatriotes, avec toute la compassion de son coeur.
    Lire la suite...
  • Un terrain situé à l'intersection des rues Berri et Ste-Catherine, à Montréal, aura changé de fonction à trois reprises : d'abord un édifice, appelé Asile de la Providence, fut construit en 1841 pour venir en aide aux malades, aux vieillards et aux sans-abri. C'est en ce lieu que fut fondée l'Oeuvre de la soupe, une œuvre charitable qui distribua, pendant près de 120 ans, pas moins de 500 bols de soupe par jour aux nécessiteux.

    En 1963, la Ville de Montréal achète ce terrain afin de permettre la construction du métro. Au cours de la démolition un incendie ravage ce qui reste de l'Asile.

    Par la suite, l'endroit est occupé par un …

    Lire la suite...