Site Meter Ouvrir fichier .MHT

courage (15)

  • Sois serein...

    Auteur : Anonyme du 17E  siècle

    Sois serein au milieu du bruit et de l'agitation

    et songe au calme paisible qui se dégage du silence.

     

    Vis en bonne entente avec tout le monde

    sans pour cela te renier.

    Expose calmement et clairement tes idées.

     

    Ecoute les autres, même celui

    que tu considères comme moins intelligent que toi,

    car lui aussi a quelque…

    Lire la suite...
  • Texte de l'Abbé Pierre :   

    Je continuerai à croire, même si tout le monde perd espoir.

    Je continuerai à aimer, même si les autres distillent la haine.

    Je continuerai à construire, même si les autres détruisent.

    Je continuerai à parler de paix, même au milieu d’une guerre.

    Je continuerai à illuminer, même au milieu de l’obscurité.

    Je continuerai à semer, même si les autres piétinent la récolte.

    Et je continuerai à…

    Lire la suite...
  • "J'IRAI ET JE LE GUÉRIRAI"

    Une famille passe au feu; des parents perdent leur emploi;

    une tempête de neige a bloqué la porte de cette peronne seule

    qui vit près de chez moi; une compagne de travail traverse un

    deuil difficile... Autant de situations qui demandent mon attention.

    Comment puis-je, aujourd'hui, faire preuve de compassion envers

    ces frères et soeurs que je connais à peine? Est-ce à moi d'agir?

    Tant d'organismes compétents peuvent leur venir en aide. Tandis

    que je me questionne, que j'analyse, que je me demande si tout

    cela en vaut la peine, si c'est ma responsabilité, mon devoir, des

    personnes attendent et désespèrent. Regardons Jésus dans l'Évangile:

    un centurion romain a besoin d'aide pour son serviteur malade. Il prend

    son courage à deux mains et marche sur son orgueil pour formuler

    sa demande à Jésus. Celui-ci ne se pose pas…

    Lire la suite...
  • DAN, son travail, c'est d'aider

    Son tatouage en plein visage est impressionnant. Dan est de ceux qui travaillent jour après jour pour contrer les préjugés. En 33 ans, le jeune homme a vécu des moments plus ou moins réjouissants. Il a repris goût à la vie en aidant les autres. Cela fait maintenant deux ans qu’il intervient auprès des consommateurs de drogues dans la rue, avec Cactus Montréal. Il  tente de sensibiliser les consommateurs aux méfaits liés à la drogue, je vivais sur le trottoir d'en face, sur la rue Sanguinet avec ma chienne. « On était en automne et il faisait froid, je ne voulais pas rentrer à Cactus par fierté parce que je ne consommais pas », se souvient-il.

     La journée où Dan s’est retrouvé à la rue, il était accom­pagné de plusieurs de ses amis de l’époque. « Tout le monde s'est mis à consommer sauf moi. J'avais peur de consommer, peur d'être mal ou d'aller en prison. Beaucoup de mes amis passaient du temps avec moi pour éviter de consommer. Tout a basculé l’hiver où il a pris beaucoup de…

    Lire la suite...
  • PRENDRE SOIN

    Prendre soin veut dire pour moi, se border les uns, les autres, être là présents, disponibles, être une présence qui apporte réconfort et paix.  "Il est des moments intenses où seule une présence suffit", dit le poète.  

    Prendre soin, c'est aussi écouter.  Se défaire des préjugés.  Ecouter tellement que la personne sent qu'elle dit des choses intéressantes. Prendre soin les uns des autres, veut dire pour moi, se respecter et pardonner.  Prendre soin, c'est aussi aimer, d'un amour don, d'un amour désintéressé. être proche. Prendre soin comme Dieu prend soin.  Dieu nous aime et je suis certaine qu'il aime et qu'il est présent dans chacune des personnes que je rencontre, et qu'il les aime toutes,…

    Lire la suite...
  • PENSÉES POSITIVES

    Être réceptif:

    Si nous ne cherchons pas à être émerveillé, rien ne nous émerveillera. Si nous sommes blasé, rien ne nous surprendra.

    Certaines choses semblent laissées au hasard, alors qu'elles découlent, comme tout le reste, de notre volonté. Pour capter les ondes de la vie, nous devons être réceptif.

    Rien d'anodin:

    Notre héritage n'est pas seulement ce que nous laissons derrière nous après notre décès. C'est l'empreinte que nous laissons partout où nous posons pied, à chaque instant.

    C'est dans les petites choses que nous pouvons faire la plus grande différence. Tout mérite le meilleur de nous.

    Être actif:

    La vie n'est-elle pas trop précieuse pour que nous attendions passivement la réalisation de nos rêves? Le vrai succès n'est pas d'obtenir ce que nous voulons, mais de travailler activement à la poursuite de nos…

    Lire la suite...
  • AIDER LES GENS

    «J’ai toujours voulu travailler pour une bonne cause. Je suis à l’Itinéraire depuis bientôt quatre ans. Chaque fois qu’une personne achète le journal, ça vibre à l’intérieur de moi. J’accomplis quelque chose de grand.»

    Gisèle était d’abord femme de ménage, avec son mari Réal.  Depuis un certain temps, le couple voyait les contacts diminuer, donc les revenus, ce qui mène Gisèle à la rue où elle commence à quêter. « J’avais le cœur gros et les larmes aux yeux quand venait le temps de quêter », raconte-t-elle.

    Un beau jour, la rédactrice en chef de l’Itinéraire l’interpelle sur la rue et lui propose de devenir camelot.  Gisèle entraîne son mari dans l’aventure et ils quittent définitivement la rue. Leur travail de camelots les fait grandir. « On apprend beaucoup sur le…

    Lire la suite...
  • LA JOURNÉE DES PATRIOTES

    Il y a 178 ans (1837), notre peuple se soulevait sous  l’impulsion des patriotes pour tenter de se libérer du joug de la couronne britannique et pour être représentés, comme canadiens-français au parlement de Québec.

    Ce mouvement révolutionnaire fut finalement écrasé sous la violence des troupes anglaises, malgré le courage et la détermination des patriotes.

    Des villages furent ravagés, des fermes brûlées, des patriotes déportés (58) et 12 autres feront face à l’échafaud à la prison du Pied du Courant : le 21 décembre 1838, (2),  le 18 janvier 1839, (5)  et le 15 février 1839 (5).

    Dimanche, le 15 février 2015, nous sommes conviés à des activités : une messe ou un souper ou  une marche ou une conférence pour honorer la mémoire des patriotes et continuer le combat de ceux qui se sont battus pour la reconnaissance de leurs droits.

    Messe à l’église S.Pierre-Claver, rue DeLorimier, Montréal, à 11 heures

    Marche à la suite de la messe, jusqu’à la…

    Lire la suite...
  • CROIRE, C'EST CHANGER

    IL FAUT DE TOUT pour construire un monde.  Souvent, il importe de mûrir certaines décisions, de soupeser le moindre détail. Parfois, des coups tête sont nécessaires:  il faut défoncer des murs, faire basculer des barrières, se rire des obstacles.  À l'origine de plusieurs histoires de succès commerciaux ou politiques se trouve un épisode de changement foudroyant.  Une transformation survenue en quelques jours ou même quelques heures.  Comme cet industriel qui reprend en main une usine en faillite.  Ou ces retraités qui sauvent de la fermeture une librairie de quartier.  Regardez autour de vous;  vous découvrirez pareilles histoires de changements soudains...et productifs. 

    Difficiles de connaître la "recette" de ces succès.  Les magazines d'affaires la cherchent encore, sans réussir à isoler définitivement les "ingrédients" secrets qui la composent.  On pourrait alors se souvenir de ce qui s'est passé un jour au bord du lac de Galilée.  Simon,…

    Lire la suite...
  • LE VOL DES OUTARDES

    Vous êtes-vous déjà demandé, en regardant les grands migrateurs au printemps, pourquoi les outardes adoptent toujours une formation en "V" ? Des savants ont découvert que les battements d'ailes des oiseaux "soulèvent" l'air, facilitant ainsi le vol des oiseaux qui les suivent. La formation en "V" permet aux outardes de voler 71% plus loin qu'un oiseau volant seul. Les gens qui avancent ensemble dans une même direction atteignent l'objectif plus rapidement et plus facilement car ils s'appuient les uns sur les autres.

    Lorsqu'une outarde quitte la formation, elle ressent immédiatement la résistance de l'air et doit fournir un effort plus grand. Faisons équipe avec ceux qui visent le même objectif que nous. Quand l'outarde qui mène est fatiguée, elle rentre dans le rang et une autre prend sa place. Les résultats sont meilleurs lorsque chacun s'acquitte à tour de rôle, des tâches les plus difficiles.

    Les outardes…

    Lire la suite...
  • QUE RESTERA-T-il?

    Par lucyl le 01/08/10 - 10:01

    Il y a des événements de la vie qui nous font toucher à l'essentiel de notre existence et à sa grande fragilité: le décès d'un proche, une séparation, une perte d'emploi, un grave accident, une maladie incurable, des économies qui fondent comme neige au soleil. En un instant tout sembler basculer, tout est remis en question, tout ce qu'on a bâti avec peine et ardeur devient d'une futilité désarmante. La tragédie vécue en Haïti en est un exemple percutant. Que reste-t-il alors?

    Dieu nous invite à rechercher les réalités "d'en-haut", celles qui ne passeront pas. Quelle sorte de richesses amassons-nous? La vie d'une personne ne se calcule pas en dollars qui a tout moment peu disparaître, bien que nécessaire pour vivre au quotidien. Ce qui restera de la tragédie d'Haïti, c'est l'immense vague de compassion qui a envahi…

    Lire la suite...
  • DE LA COMPASSION POUR LES CAMELOTS

    Les camelots qui vendent un journal de rue, jour après jour, sont des travailleurs qui naviguent en eaux troubles. Certains sont des survivants du monde du travail, d'autres ont connu des problèmes liés à l'extrême pauvreté.

    Ceux qui vous vendent votre journal ont traversé les intempéries de la vie avant de devenir camelots pour un journal de rue. Ils ne vous demandent pas la charité, ils travaillent en distribuant un magazine différent des grands journaux connus. Chaque jour, ils luttent pour sortir de l'insécurité financière.

    La prochaine fois que vous prendrez le métro pour aller au boulot, n'oubliez pas votre camelot qui, quelque part, comme vous, travaille pour sa survie et vous aurez de la compassion pour lui.

    Audrey C.

    Lu 30 fois dans l’ancienne communauté virtuelle…

    Lire la suite...
  • DU RESSORT POUR CONTINUER

    La vie n’est pas toujours faite de petits riens, il y a aussi des misères, petites ou grandes.  La vie peut s’acharner et les vents peuvent se faire violents, nous avons à montrer à la vie qui est le plus fort, même si parfois le courage diminue.  Cette mise à l’épreuve nous donne du fil à retordre, mais au bout du compte, elle nous donne du ressort pour poursuivre notre parcours de vie.

     Il existe des individus qui ont pour motif de vouloir toucher à tout prix le ciel et se rapprocher des étoiles pour les décrocher une à une comme des victoires sur la vie. Parfois le simple fait d’être en vie est déjà la plus grande victoire .

     On entend souvent dire par les plus inspirants de ce monde qu’il faut rêver grand, espérer le meilleur, viser l’excellence, ne jamais se contenter de peu et ne jamais abandonner.  Facile à dire mais difficile à faire quand le ventre crie sa faim, que le cœur vaillant n’a plus l’essentiel pour battre aussi fort qu’avant et que la…

    Lire la suite...
  • Raymond Gravel prophète

    LES PROPHÈTES D’AUJOURD’HUI

     Jean le Baptiste dénonçait les pharisiens, les légistes, les bien pensants au temps de Jésus.

     Ce genre de prophète peut nous aider à ouvrir des sentiers nouveaux, des sentiers qui nous permettraient de faire plus de justice, d’égalité, de dignité dans notre société.

    Les prophètes d’aujourd’hui comme ceux d’hier, doivent avoir l’audace d’emprunter des chemins nouveaux,  tout en faisant preuve d’humilité et en se retirant pour laisser la place à d’autres qui peuvent changer les choses.

     A toutes celles et à tous ceux qui croient à la justice et qu’il est toujours possible de rendre le monde meilleur, je souhaite une heureuse fête Nationale, une très bonne St-Jean. Je vous le souhaite de tout mon cœur, car c’est peut-être ma dernière aujourd’hui!…

    Lire la suite...
  • LES PATRIOTES AU FÉMININ

    Que savons-nous des femmes durant les soulèvements qu’a connus le Bas-Canada en 1837-39?  Les livres d’histoire sont pratiquement muets à leur sujet.  Quelques noms donnent à voir que, du courage et même de l’audace, elles n’en ont pas manqué.

    A Sainte-Martine, dans les bois de Lacolle, à Deux-Montagnes, Saint-Eustache, Chambly, Saint-Benoît, plus tard à Saint-Denis, Saint-Hyacinthe, les hommes combattent, voient leurs récoltes volées, leurs biens pillés, leurs maisons partir en fumée.  Ils se soulèvent contre l’armée anglaise.  Les femmes, à leur côté, sans armes mais non sans cœur, protestent contre les injustices du Colonial Office d’Angleterre; elles organisent le boycottage des produits venant d’outre-mer : à table le sirop d’érable remplace le sucre des Antilles et le cidre remplace le vin.  Les femmes patriotes fabriquent aussi des tissus et confectionnent, en grosse toile grise, les robes et les habits de toute la famille. 

    Boudant le velours et…

    Lire la suite...