Site Meter Ouvrir fichier .MHT

emilie gamelin (12)

  • Raoul Hunter et Emilie Gamelin


     Beaucoup de personnes qui circulent dans le Métro de Montréal, passent près du monument de Mère Émilie Gamelin et s’arrrêtent pour prier Mère Gamelin,

     La sculpture de Raoul Hunter est située à la station de métro .BERRI-UQAM,   à l'angle des rues Sainte-Catherine et Saint-Hubert, devenu aujourd'hui le Parc Émlle Gamelin...... –

    La statue de mère Émilie Gamelin s’avère une représentation fidèle de la religieuse. Elle loge dans l’édicule de la station de métro Berri-UQAM, à l’endroit même où est située la place qui porte aujourd’hui son nom. L’artiste Raoul Hunter s’est inspiré du seul portrait peint, authentique et connu de mère Gamelin, conservé à la maison-mère de la communauté des sœurs de la Providence à Montréal. Elle avait elle-même posé, en 1843, pour l’artiste Vital Desrochers. Vêtue du costume de sa communauté, la sculpture en ronde-bosse de Hunter la représente en pleine action, portant à son bras un panier de vivres…

    Lire la suite...
  • Emilie Gamelin et la Providence

    Émilie Tavernier naît le 19 février 1800 à Montréal, la dernière de 15 enfants dont 9 étaient déjà décédés à sa naissance. La famille Tavernier était installée sur une terre appelée ‘Fief Providence’, située au nord de la ville de Montréal. Un détail ordinaire peut-être, ce nom de Providence, mais qui aura son importance dans la vie d’Émilie, car le peuple donnera plus tard à son œuvre le nom de ‘providence’ , en se disant les uns les autres : ‘C’est une vraie providence’ ou ‘allons à la providence’ !
    Toute jeune, Émilie admire sa mère qui, malgré leurs modestes moyens, ne laisse jamais aucun mendiant, qui frappe à leur porte, repartir les mains vides. Émilie Gamelin a été cette femme appelée à vivre sous l'enseigne Providence. Sa vie entière nous parle de la sollicitude fidèle de Dieu.

    A chaque moment de sa vie, elle est en relation avec Dieu qui se communique à elle par les événements et les personnes. Elle est consciente de ses failles et de ses échecs, mais convaincue…

    Lire la suite...
  • La compassion selon Émilie Gamelin

     

    Selon Wikita, "La compassion (du latin: « je souffre avec » et du grec: sympathie) est une vertu par laquelle un individu est porté à percevoir ou ressentir la souffrance d'autrui, et poussé à y remédier"...

    En psychologie," la compassion est une prédisposition à la perception et la reconnaissance de la douleur d'autrui, entraînant une réaction de solidarité active, ou seulement émotionnelle. Il s'agit donc d'une variante d'empathie axée sur la douleur."
    Attention:" si une personne se noie, cela n'arrange pas les choses de se noyer avec elle.. De plus, pleurer sur le sort de quelqu'un ne l'aide généralement pas."

    Dans le bouddhisme: La compassion est définie comme l'aspiration d'éteindre toutes les souffrances ainsi que les causes de souffrance que peuvent connaître les êtres sensibles dans le monde entier. La compassion est une valeur fondamentale du bouddhisme. Elle compte ainsi parmi les facultés spirituelles d'amour appelées les quatre…

    Lire la suite...
  • Action de grâces

    Une autre Québécoise a été béatifiée le dimanche 7 octobre 2001, à Rome. Mère Émilie Gamelin, fondatrice des Soeurs de la Providence, a été élevée au rang de Bienheureuse par le pape Jean Paul II.

    Émilie Tavernier-Gamelin, qui a vécu de 1800 à 1851, a oeuvré auprès des démunis de toutes sortes. En plus d'avoir ouvert des refuges pour les accueillir, elle visitait les malades à domicile; aux prisonniers qu’elle visitait à la prison Au-Pied-du-Courant elle apportait aide, réconfort et prières.

    Le Vatican a aussi reconnu la guérison miraculeuse du jeune Yannick Fréchette par Émilie Gamelin. Ce jour de l’Action de Grâce du 8 octobre 2018, nous invite à rendre grâce au Seigneur et à célébrer cette grande dame qu’était Émilie Gamelin, connue aussi comme Émilie Tavernier-Gamelin.
                                                         « Gloire au Seigneur qui fait merveilles »

    Notes cueillies sur le Web

     

    Lire la suite...
  • La vie d’Émillie…une transformation perpétuelle

    Bien que le mot ne se retrouve guère dans le langage de son époque, Emilie Tavernier-Gamelin, cette première bienheureuse montréalaise, s'est laissée transformer par les événements, tout au long des diverses étapes de sa vie.

     

    Orpheline de mère à l'âge de quatre ans, Émilie se voit transplantée chez une tante paternelle; elle doit s'adapter à un autre milieu de vie, à d'autres habitudes. Les deuils successifs déciment sa famille, mais l'amour du pauvre inculqué par sa mère reste bien ancré dans son cœur. Jeune fille, elle rêve de fonder un foyer bien à elle...

     

    Le 4 juin 1823, Émilie Tavernier unira sa destinée à Jean-Baptiste Gamelin, reconnu pour son action charitable : « ils seront deux maintenant pour exercer la charité ».Trois enfants naissent…

    Lire la suite...
  • Son refuge, (elui de Madame Émilie Gamelin) qui compta bientôt trente internes, constituait déjà, pour ses ressources, une œuvre considérable. Elle (avait à pourvoir à toutes les dépenses du loyer, du chauffage, de la nourriture et du vêtement. Que de fois, ne sachant où aller tendre la main, le cœur gros d’inquiétude, voyant ses pauvres sur le point de manquer de nourriture, elle s’était demandé si elle n’avait pas trop présumé de ses forces et tenté la divine Providence, en s’aventurant dans une œuvre dont le lendemain demeurait incertain. Mais Dieu, qui nourrit les oiseaux du ciel et pare le lys des champs, ne l’avait jamais laissée sans secours.

     Dieu, qui nourrit les oiseaux du ciel et pare le lys des champs, ne l’avait jamais laissée sans secours.

    Un jour d’hiver, entre autres, où elle venait d’acheter quelques cordons de bois, il ne lui restait pas un sou pour se procurer le dîner de sa maisonnée, qui avait mangé le matin même son dernier morceau de pain. En…

    Lire la suite...
  • JOURNÉE NATIONALE DES PATRIOTES (QUÉBEC)


    « La Journée nationale des patriotes est un jour férié et chômé au Québec, le lundi  qui précède le 25 mai de chaque année.

    Instaurée le 22 novembre 2002 et célébrée pour la première fois le 19 mai 2003, cette journée vise à « souligner l'importance de la lutte des patriotes de 1837-1839 pour la reconnaissance de leur nation, pour sa liberté politique et pour l'établissement d'un gouvernement démocratique ».

     Avant 2003, le lundi précédant le 25 mai de chaque année était la Fête de Dollard, instituée dans les années 1920 .Cette fête a souvent porté le nom Fête de Dollard et de Chénier dans les dernières décennies avant 2003, ce qui a préfiguré le remplacement de Dollard par les Patriotes». (Web : Journée des patriotes)

     

    « Madame Émilie Gamelin, veuve de Jean-Baptiste Gamelin, depuis 1827, visitait les prisonniers de la prison Au Pied du Courant, rue De Lorimier, Montréal.  Elle se faisait…

    Lire la suite...
  • Si vous répondez non, on pourra vous excuser car l’appellation ne date que de quelques années. Avant, on parlait du square Berri pour désigner le parc aménagé en 1992 à l'occasion d'un anniversaire de la ville. On avait alors changé la vocation d'un stationnement de la rue Sainte-Catherine. Or, l'Asile de la Providence et sa très populaire oeuvre de la soupe en avait occupé le site de 1843 à la construction du métro. Mais les passants qui se le rappelaient ou le savaient devaient être rares. Fort heureusement, on a réparé cet oubli et le nom évocateur de Mère Gamelin reprendra la place qui lui revient dans notre mémoire collective.

    André Leblanc

     

    Lire la suite...
  • RESPECTER LES SANS-ABRI

    Avons-nous déjà essayé de nous imaginer à la place du sans-abri que nous croisons dans la rue?
    Ce qu’il espère de nous c’est un peu de compréhension, de respect et de compassion.


    Disons-nous bien que le simple fait de lui faire un sourire, de lui laisser quelques sous, peut lui faire chaud au cœur et soulager un peu sa souffrance.


    Nous avons certes de la peine quand nous voyons des passants qui manquent de respect envers les sans-abri. Dans le fond, ce que nous voulons c’est que chacun d’entre nous réfléchisse bien à ceci : ‘’Ne fais pas à un sans-abri ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse’’.       (Source : Nancy Leblanc, L’Itinéraire, juillet 2017)


    Réflexion : Émilie Gamelin, dans sa jeunesse, au cours de sa vie conjugale, dans ses années de veuvage et d’implication sociale, quand elle eut fondé sa Communauté et qu’elle continue ses visites aux démunis, aux prisonniers, aux personnes âgées et malades, son cœur était ouvert à toute forme…

    Lire la suite...
  • L'EDUCATION À L'AMOUR DES PAUVRES

    Dès sa plus tendre enfance, Emilie Gamelin apprend de sa mère qui est Dieu-Providence. A 18 ans, elle offre ses services gratuitement à un de ses frères devenu veuf, à la seule condition qu'il lui permette de dresser en permanence une table d'accueil pour les pauvres qui viennent frapper à sa porte. C'est ce qu'elle nomme 'la table du Roi'. En son cœur germe alors une compassion très profonde pour tous ceux qui souffrent autour d'elle. Emilie nous apprend comment, à notre tour, il faut nous faire 'providence' pour tous ceux que la vie a moins favorisé.     

    Emilie nous apprend la compassion!

     

    Lire la suite...
  • PATRIOTES ELLES AUSSI

    La rébellion de 1837-39 est une page tragique de notre histoire. Tant d’hommes blessés, condamnés, tués pour leur seule exigence de la justice. Arrachés à leurs épouses, à leurs enfants. Julie Papineau, une des plus connues, de même que Henriette Cadieux .


    MAIS QU’EN EST-IL DES AUTRES FEMMES ?

    Certaines livrées à elles-mêmes, jetées à la rue, dénudées. Du jour au lendemain, elles n’ont plus rien : Esther St-Germain, Émilie Berthelot, Mme Benjamin Maynard, Esther Lanctôt, Julie Turcot.

    Les femmes de patriotes avaient fort à faire, aussi leurs amies, des bénévoles, des âmes généreuses.
    Parmi elles, MADAME ÉMILIE TAVERNIER-GAMELIN, devenue…
    Lire la suite...
  • TOUTE PERSONNE A UNE MISSION

    Un interprète donne un spectacle, il chante avec émotion et soulève l'auditoire. Il a traversé des épreuves : la rue, l'enfer de la drogue. Mais de cette souffrance est née une mission, il le réalise de jour en jour. Il le manifeste quand il chante au Christ : ' C'est avec toi que je marche encore, jusqu'à l'aurore. Tu es ma boussole. Tu es ma survie. '

    Avec Jésus, aucune souffrance n'est vaine. Dieu invite chacun, chacune, à partir de son histoire personnelle, de ses fragilités et de ses dons, à collaborer avec Lui, à construire un monde meilleur.

    ---------------

    Émilie Gamelin connut la douleur de perdre ses 3 enfants et son époux, et de cette souffrance est née sa mission de donner sa personne, ses biens et le reste de sa vie pour…

    Lire la suite...