Site Meter Ouvrir fichier .MHT

pauvres (41)

  • Voeu privé d'Émilie Gamelin

    Émilie Gamelin est veuve depuis 1827 alors qu’elle vient de perdre son dernier enfant, les deux autres et son époux étant disparus dans les 3 ans qui avaient précédé. Durant 15 ans, elle poursuit son action charitable auprès des pauvres, des orphelins, des femmes âgées, des prisonniers.


    En ce 2 février 1842, alors qu’elle ignore tout de ce que deviendra son œuvre bienfaisante, elle prononce un vœu privé de servir les pauvres le reste de sa vie. « Je veux me donner à Dieu, qu’il fasse ce qu’il voudra de moi. Je m’y soumets avec résignation. »

    Voilà Madame Gamelin, Émilie, en profondeur, à ce moment critique de sa vie. Ce sont les circonstances qui la conduiront, dans les années qui viendront, à fonder la Communauté des Sœurs de la Providence, avec Mgr Bourget, évêque de Montréal, admirateur de l’œuvre, à ses yeux grandiose, et qu’il veut poursuivre selon l’esprit de Saint-Vincent-de-Paul.


    Femme de compassion, constante dans l’action, toujours debout,…

    Lire la suite...
  • La compassion selon Émilie Gamelin

     

    Selon Wikita, "La compassion (du latin: « je souffre avec » et du grec: sympathie) est une vertu par laquelle un individu est porté à percevoir ou ressentir la souffrance d'autrui, et poussé à y remédier"...

    En psychologie," la compassion est une prédisposition à la perception et la reconnaissance de la douleur d'autrui, entraînant une réaction de solidarité active, ou seulement émotionnelle. Il s'agit donc d'une variante d'empathie axée sur la douleur."
    Attention:" si une personne se noie, cela n'arrange pas les choses de se noyer avec elle.. De plus, pleurer sur le sort de quelqu'un ne l'aide généralement pas."

    Dans le bouddhisme: La compassion est définie comme l'aspiration d'éteindre toutes les souffrances ainsi que les causes de souffrance que peuvent connaître les êtres sensibles dans le monde entier. La compassion est une valeur fondamentale du bouddhisme. Elle compte ainsi parmi les facultés spirituelles d'amour appelées les quatre…

    Lire la suite...
  • Action de grâces

    Une autre Québécoise a été béatifiée le dimanche 7 octobre 2001, à Rome. Mère Émilie Gamelin, fondatrice des Soeurs de la Providence, a été élevée au rang de Bienheureuse par le pape Jean Paul II.

    Émilie Tavernier-Gamelin, qui a vécu de 1800 à 1851, a oeuvré auprès des démunis de toutes sortes. En plus d'avoir ouvert des refuges pour les accueillir, elle visitait les malades à domicile; aux prisonniers qu’elle visitait à la prison Au-Pied-du-Courant elle apportait aide, réconfort et prières.

    Le Vatican a aussi reconnu la guérison miraculeuse du jeune Yannick Fréchette par Émilie Gamelin. Ce jour de l’Action de Grâce du 8 octobre 2018, nous invite à rendre grâce au Seigneur et à célébrer cette grande dame qu’était Émilie Gamelin, connue aussi comme Émilie Tavernier-Gamelin.
                                                         « Gloire au Seigneur qui fait merveilles »

    Notes cueillies sur le Web

     

    Lire la suite...
  • CLAUDE, itinérant devenu prêtre

    CLAUDE, itinérant devenu prêtre


    Au centre-ville, avec les sans-abri, les prostituées, les toxicomanes... Il les écoute, essaie de leur apporter un peu de réconfort. Il arpente le quartier, il en rencontre, il leur donne un coup de pouce en leur achetant des médicaments ou des vêtements ou en leur payant un repas. « Je n’essaie pas de les sortir de la rue, je les réconforte.»
    A l’hôpital où il travaille, il s’occupe des personnes seules et désespérées, il accompagne les mourants qui n’ont pas de famille.Jeune, il avait voulu être missionnaire mais lorsque son grand-père est mort, il avait 13 ans, il a calé sa première bière pour endormir sa peine. Puis ce fut une longue descente aux enfers, qui a pris fin à l’âge de 40 ans.
    Un jour, il a eu peur, il s’est dit qu’il ne voulait pas mourir dans la rue. Il est retourné aux études, il a été ordonné prêtre, pas pour être en paroisse, mais pour travailler avec les pauvres. Claude a des projets plein la tête. Il veut…

    Lire la suite...
  • La fête d'Émilie Gamelin

    Aujourd'hui la liturgie célèbre la fête d'Émilie, les textes chantent son oeuvre, non seulement son action, ses oeuvres mais surtout son amour des pauvres, en recevant des femmes âgées pauvres dans sa maison, en visitant les malades et prisonniers.

    Émilie donne-nous ta ferveur, ton dévouement, ta générosité, ta confiance en un Dieu Providence. Tu es toujours un modèle pour notre temps!

    (Prions en Église, p. 136)

    Il y a une relève chez les Soeurs de la Providence – de jeunes femmes s’y joignent encore – et même si la communauté des Soeurs de la Providence est appelée à disparaître un jour, les bienfaits de l’héritage d’Émilie Gamelin resteront. (Film Les Discrètes de Hélène Choquette)

    Lire la suite...
  • UN HOMMAGE À ÉMILIE, NOTRE AMIE

    Une femme est passée
    Nous laissant un message
    Fait de joie et d’amitié
    L’amour est son langage.

    Une femme s’est donnée
    Toute sa vie entière
    Sur les pauvres s’est penchée
    Soulageant leurs misères.

    Une femme a partagé
    Toutes les joies, toutes les peines
    Au ciel, elle doit briller
    Comme une étoile sur la plaine.

    Une femme a chanté
    Sa foi, son espérance
    Elle a surtout compté
    Sur la Providence.

    ÉMILIE, vous êtes comblée
    De bonheur à l’infini
    Nous allons vous prier
    Vous, notre sœur, notre amie

    Lire la suite...
  • Une providence pour aujourd'hui

    Une Providence pour aujourd’hui

    Qu’est-ce qui peut motiver une femme bien ancrée dans son siècle à donner sa vie au service de personnes qui ont besoin d’elle? Qui peut ainsi l’attirer?


    De toute évidence, il faut un grand amour des autres, de la vie des autres. Il faut quelqu’un qui incarne l’Amour du Dieu de la vie, comme Jésus, il y a 2000 ans.


    Et puis, dans son sillon, on découvre d’autres témoins. Un de ceux-là est bien incarné dans le présent comme dans le passé. C’est celui d’une femme exceptionnelle. D’une femme qui, depuis plus longtemps, a su transmettre sa flamme à quantité de personnes. De haute stature, de grande conviction, une femme qui a pour nom...  Émilie Tavernier Gamelin.

    Auteur : Jean-Guy Dubuc, année 2000

     

    Lire la suite...
  • La vie d’Émillie…une transformation perpétuelle

    Bien que le mot ne se retrouve guère dans le langage de son époque, Emilie Tavernier-Gamelin, cette première bienheureuse montréalaise, s'est laissée transformer par les événements, tout au long des diverses étapes de sa vie.

     

    Orpheline de mère à l'âge de quatre ans, Émilie se voit transplantée chez une tante paternelle; elle doit s'adapter à un autre milieu de vie, à d'autres habitudes. Les deuils successifs déciment sa famille, mais l'amour du pauvre inculqué par sa mère reste bien ancré dans son cœur. Jeune fille, elle rêve de fonder un foyer bien à elle...

     

    Le 4 juin 1823, Émilie Tavernier unira sa destinée à Jean-Baptiste Gamelin, reconnu pour son action charitable : « ils seront deux maintenant pour exercer la charité ».Trois enfants naissent…

    Lire la suite...
  • Son refuge, (elui de Madame Émilie Gamelin) qui compta bientôt trente internes, constituait déjà, pour ses ressources, une œuvre considérable. Elle (avait à pourvoir à toutes les dépenses du loyer, du chauffage, de la nourriture et du vêtement. Que de fois, ne sachant où aller tendre la main, le cœur gros d’inquiétude, voyant ses pauvres sur le point de manquer de nourriture, elle s’était demandé si elle n’avait pas trop présumé de ses forces et tenté la divine Providence, en s’aventurant dans une œuvre dont le lendemain demeurait incertain. Mais Dieu, qui nourrit les oiseaux du ciel et pare le lys des champs, ne l’avait jamais laissée sans secours.

     Dieu, qui nourrit les oiseaux du ciel et pare le lys des champs, ne l’avait jamais laissée sans secours.

    Un jour d’hiver, entre autres, où elle venait d’acheter quelques cordons de bois, il ne lui restait pas un sou pour se procurer le dîner de sa maisonnée, qui avait mangé le matin même son dernier morceau de pain. En…

    Lire la suite...
  • La compassion selon Émilie Gamelin

    Selon Wikita, "La compassion (du latin: « je souffre avec » et du grec: sympathie) est une vertu par laquelle un individu est porté à percevoir ou ressentir la souffrance d'autrui, et poussé à y remédier"...

     

    En psychologie," la compassion est une prédisposition à la perception et la reconnaissance de la douleur d'autrui, entraînant une réaction de solidarité active, ou seulement émotionnelle. Il s'agit donc d'une variante d'empathie axée sur la douleur."

    Attention:" si une personne se noie, cela n'arrange pas les choses de se noyer avec elle. De plus, pleurer sur le sort de quelqu'un ne l'aide généralement pas."

     

    Dans le bouddhisme: La compassion est définie comme l'aspiration d'éteindre toutes les souffrances ainsi que les causes de souffrance que peuvent connaître les êtres sensibles dans le monde entier. La compassion est une valeur fondamentale du bouddhisme. Elle compte ainsi…

    Lire la suite...
  • JOURNÉE NATIONALE DES PATRIOTES (QUÉBEC)


    « La Journée nationale des patriotes est un jour férié et chômé au Québec, le lundi  qui précède le 25 mai de chaque année.

    Instaurée le 22 novembre 2002 et célébrée pour la première fois le 19 mai 2003, cette journée vise à « souligner l'importance de la lutte des patriotes de 1837-1839 pour la reconnaissance de leur nation, pour sa liberté politique et pour l'établissement d'un gouvernement démocratique ».

     Avant 2003, le lundi précédant le 25 mai de chaque année était la Fête de Dollard, instituée dans les années 1920 .Cette fête a souvent porté le nom Fête de Dollard et de Chénier dans les dernières décennies avant 2003, ce qui a préfiguré le remplacement de Dollard par les Patriotes». (Web : Journée des patriotes)

     

    « Madame Émilie Gamelin, veuve de Jean-Baptiste Gamelin, depuis 1827, visitait les prisonniers de la prison Au Pied du Courant, rue De Lorimier, Montréal.  Elle se faisait…

    Lire la suite...
  • Si vous répondez non, on pourra vous excuser car l’appellation ne date que de quelques années. Avant, on parlait du square Berri pour désigner le parc aménagé en 1992 à l'occasion d'un anniversaire de la ville. On avait alors changé la vocation d'un stationnement de la rue Sainte-Catherine. Or, l'Asile de la Providence et sa très populaire oeuvre de la soupe en avait occupé le site de 1843 à la construction du métro. Mais les passants qui se le rappelaient ou le savaient devaient être rares. Fort heureusement, on a réparé cet oubli et le nom évocateur de Mère Gamelin reprendra la place qui lui revient dans notre mémoire collective.

    André Leblanc

     

    Lire la suite...
  • ÉMILIE, TA LUMIÈRE BRILLERA

    Pour souligner le 175 anniversaire de fondation de la Communauté des Soeurs de la Providence, voici un joli poème qui nous parle aussi de la fondatrice, Émilie Gamelin:


    Marie compatissante, en te tendant la main, t’offre désormais son auguste oriflamme ! Avec vénération, ton « cœur » le portera ! Femme forte et sans crainte, tu défies la fatigue et la longueur des jours ! Sans esquiver les sentiers mal battus, tu cours porter secours au faible, apaiser du mourant les angoisses et les peurs, consoler l’orphelin au plus fort de ses pleurs !

    Bienheureuse Émilie, tout comme aux premiers jours, ton charisme est vivant ! Tes filles, sous ton égide, poursuivent ta mission sur les places où sévissent la détresse et la faim ! À tes fières émules, tu passes le flambeau de ta sage vaillance pour que luise toujours, dans l’œil inquiet du pauvre, l’espoir d’un jour plus serein, d’un lendemain plus beau !

    Puisse ton feu briller aux dimensions d’un monde en quête…

    Lire la suite...
  • RESPECTER LES SANS-ABRI

    Avons-nous déjà essayé de nous imaginer à la place du sans-abri que nous croisons dans la rue?
    Ce qu’il espère de nous c’est un peu de compréhension, de respect et de compassion.


    Disons-nous bien que le simple fait de lui faire un sourire, de lui laisser quelques sous, peut lui faire chaud au cœur et soulager un peu sa souffrance.


    Nous avons certes de la peine quand nous voyons des passants qui manquent de respect envers les sans-abri. Dans le fond, ce que nous voulons c’est que chacun d’entre nous réfléchisse bien à ceci : ‘’Ne fais pas à un sans-abri ce que tu ne voudrais pas qu’on te fasse’’.       (Source : Nancy Leblanc, L’Itinéraire, juillet 2017)


    Réflexion : Émilie Gamelin, dans sa jeunesse, au cours de sa vie conjugale, dans ses années de veuvage et d’implication sociale, quand elle eut fondé sa Communauté et qu’elle continue ses visites aux démunis, aux prisonniers, aux personnes âgées et malades, son cœur était ouvert à toute forme…

    Lire la suite...
  • L'Amour

    En regardant toute chose avec amour.

    Je renais

    J'aimerai le soleil il réchauffe mes os.
    J'aimerai la pluie car elle nettoie mon esprit.

    J'aimerai la lumière car elle m'indique le chemin.
    J'aimerai la noirceur car elle me montre les étoiles.

    J'accepterai le bonheur car il agrandit mon cœur.
    J'endurerai la tristesse car elle ouvre mon âme.

    J'accepterai les récompenses car elles…

    Lire la suite...
  • MONTRÉAL DES ANNÉES ‘’1800’'

    Bien avant nous, une femme Mme Émilie Gamelin a jeté un long regard sur les souffrances de ses compatriotes et, telle une vigne qui étend ses sarments, elle a multiplié sa présence, son appui, son action, pour leur permettre de croître et de devenir pleinement, par leur vie, une hymne au Dieu qui fit l'univers : «Elle a considéré un champ et l'a acheté; du fruit de ses mains elle a planté une vigne».

    (Prov., 31, 16)

    Le Montréal de 1800, comme la vigne, étend lui aussi ses ramifications. Mais, du haut de l'imposant Mont-Royal, on ne peut soupçonner ce que la ville cache de souffrances multiples, de cœurs brisés et broyés. Une population indigente gémit en certains quartiers; des hommes, des femmes, des enfants même n'ont d'autres chances de survie que ce qu'on veut bien leur donner.


    Cette femme s'est engagée d'un pas alerte sur la route des sans-pain, des sans-logis, des sans-voix. Émilie Tavernier-Gamelin a entendu leur appel, elle a voulu vivre pour eux et…

    Lire la suite...
  • Texte de l'Abbé Pierre :   

    Je continuerai à croire, même si tout le monde perd espoir.

    Je continuerai à aimer, même si les autres distillent la haine.

    Je continuerai à construire, même si les autres détruisent.

    Je continuerai à parler de paix, même au milieu d’une guerre.

    Je continuerai à illuminer, même au milieu de l’obscurité.

    Je continuerai à semer, même si les autres piétinent la récolte.

    Et je continuerai à…

    Lire la suite...
  • ÉVEIL À LA VIE, ÉVEIL À LA COMPASSION

    A la date de sa naissance, les parents d'Émilie Tavernier cultivaient une terre appelée Providence, prise à bail pour trente ans des Hospitalières de Saint-Joseph, le 7 novembre 1791. La terre s'étendait, suivant le cadastre actuel, de la rue Sherbrooke à la rue Bernard, entre la rue Saint-Urbain et l'avenue du Parc. C'est là que l'Hôtel-Dieu sera plus tard bâti. La maison s'élevait à l'angle des rues Mont-Royal et Jeanne-Mance C'était alors la pleine campagne. La famille vivait dans une atmosphère chrétienne très vivante, qui était celle des anciennes familles de Montréal. La mère d'Émilie initia sa fillette toute jeune à sa compassion pour les pauvres. On a souvent raconté comment celle-ci se désola un jour de ne pouvoir remplir de son panier de fruits et de…

    Lire la suite...
  • EN PENSANT À ÉMILIE…

    Au cours de son mois, en pensant à Émilie et à l'héritage qu'elle nous a laissé, il me vient en souvenir un chant de André Dumont : « OUVRE TA MAISON ». Voici :

    Ouvre ta maison,
    Ouvre tes deux bras,
    Ouvre le chemin de ton cœur

    Je suis dans ton frère, l'as-tu oublié ?
    Je suis dans ton frère, et dans l'étranger.
    Je suis dans le pauvre qui n'a pas mangé
    Je suis dans le pauvre et le mal-aimé..
    Je suis dans le faible qu'on a relevé
    Je suis dans le faible et l'abandonné.
    Je suis dans le malade qu'on a visité
    Je suis dans…

    Lire la suite...
  • DU PAIN ET DES JEUX...

    Un organisme a distribué 30,000 lunchs durant un mois d'été !

    Un programme estival a offert des repas gratuits à des jeunes de 4 à 12 ans !

    Un collège prête sa cuisine tout l'été et une nutritionniste crée des ateliers de nutrition et des menus-santé pour les enfants qui y participent!

    Le pain, oui ! et aussi des jeux, puisqu'un organisme sélectionne les camps de jour à qui il veut distribuer ses lunchs !

    Le programme 'Alimenter le Futur' fait le bonheur d'enfants défavorisés dans sept villes canadiennes!

    Du pain et des jeux en cette période d'été qui se termine : voilà un bon équilibre, une bonne base donnée à des enfants heureux !

    (Revue de Presse, Quart Monde)

    Lire la suite...