Site Meter Ouvrir fichier .MHT

UN GARS PRIVILÉGIÉ

On m’appelle Monsieur Sutton ou Monsieur Granby, du nom des deux villes où je vends la Revue L’Itinéraire. À la suite d’une mésaventure, puis d’une belle expérience, on m’a invité à l’émission La Victoire de l’Amour pour en parler.

À Sutton, tandis que j’avais le dos tourné, on m’a volé mon sac à dos qui contenait mon appareil photo, 25 copies de l’Itinéraire et plein d’articles plastifiés qui parlent de moi et de mon rétablissement, moi qui es un ex-junkie et ex sans-abri. Mon sac contenait aussi la médaille que j’avais reçue à l’Assemblée Nationale, de la part du député de Granby, Monsieur François Bonnardel. Quand il a su que j’avais perdu ma médaille, il m’en a fait faire une autre et me l’a envoyée. Je vais la garder à l’abri chez moi.


Quand je viens à Montréal, je loge chez le Père Loïc de la Maison du Père. J’ai fait une retraite spirituelle avec lui, au Foyer de Charité. On a commencé une belle amitié. Puis un jour, le Père Loïc a été transféré à la Maison du Père où il vient en aide aux itinérants. Avec Bertrand, il y a une belle chimie, dit le Père Loïc. Je le soutiens certes, mais ce n’est pas à sens unique. Lui aussi m’apporte beaucoup . Quand il vient à Montréal il habite chez nous, les Trinitaires. Le Père Loic et l’Itinéraire me permetteent d’éviter de tomber dans l’ivresse mentale et de conserver un certain équilibre. Quand il a besoin d’un confident, je suis là. J’ai encore beaucoup de choses à travailler. Je suis content de pouvoir compter sur le Père Loïc.


Bertrand Derome, L’Itinéraire (permis de publier)

 

Envoyez-moi un e-mail lorsque des commentaires sont laissés –

Vous devez être membre de Communauté v. Héritage É. Gamelin pour ajouter des commentaires !

Join Communauté v. Héritage É. Gamelin